Logo

La Vigne

Notre Production

Lointain héritier d’une très ancienne lignée de vignerons Gaillacois
Aujourd’hui disparue, l’Aveyronnais André AT retrouve ses origines.
En reprenant entre vignes et chênes truffiers sur le plateau calcaire de
Villeneuve sur Vère le Domaine ayant autrefois appartenu à la famille de
Rochegude, il installe un jeune vigneron talentueux : Adrien FRAYSSE.
Les JARDINS de ROCHEGUDE associent un terroir unique aux cépages qui
Savent le révéler. Toute une magie qui exprime la complexité et la beauté du
monde évoquées dans le célèbre jardin de l’Amiral de Rochegude,
Conservatoire d’une aromatique collection de végétaux du monde entier.

« A sublime alliance of unique soils and vines. There is a subtle magic
In this wine, as it reveals complex aromas reminiscent of the
Celebrated gardens of Admiral de Rochegude,
A haven for plants from around the world »

Un peu d'histoire

L'Amiral Rochegude peu connu dans le Gaillacois, en général venait en vacances à la Cardonnarié à Villeneuve sur Vère. Il résidait dans l'actuelle maison du garagiste, M. Vincent Contessotto. La famille de l'Amiral avait des terres tout autour d'où le nom de la société agricole de la famille Colrat : EARL Rochegude, vigne aujourd'hui travaillée par Adrien FRAYSSE

L'amiral Rochegude, le savant albigeois méconnu

Né à Albi, le 18 décembre 1741,- la même année que Lapérouse - Henri Paschal de Rochegude appartient à la petite noblesse. Baptisé à l'église Saint-Salvy, il fréquentera l'école des Jésuites d'Albi avant d'intégrer l'Ecole de Marine de Rochefort, à 16 ans.
Sa première expédition, en 1758, le conduit au large des côtes du Canada. Puis il participera aux batailles de l'Atlantique et de la Manche contre les Anglais, il effectuera des missions dans l'Océan Indien En 1773, il débarque aux îles Kerguelen. «Là-bas, une île et une péninsule portent son nom», précise Gilbert Roumec, membre du centre occitan albigeois.
À la fin de sa dernière mission en mer, en 1787, Rochegude se retire dans le Tarn et achète ce bel hôtel particulier à Albi qui porte son nom et accueille actuellement l'exposition.

L'occitan, sa grande passion

Homme de culture, passionné de livres et de plantes, Rochegude manifeste un très grand intérêt pour la littérature occitane. Il est l'un des premiers spécialistes des troubadours et publiera son «Parnasse occitanien» en 1819.
Polyglotte, l'amiral parlait le français, l'occitan, l'anglais, l'espagnol, l'italien. Il lisait le portugais, le catalan, le grec, le latin, l'ancien français et vraisemblablement l'allemand. Dans sa bibliothèque qui comptait près de 20 000 ouvrages, on a même retrouvé des livres en chinois, persan, russe. Ainsi que des ouvrages de Voltaire, Rousseau, Montesquieu, Diderot,… «Il connaissait très bien la Philosophie des Lumières», ajoute Gilbert Roumec. À sa mort, l'amiral léguera son hôtel, son parc et sa collection de livres à la ville d'Albi.

Survolez avec la souris pour voir les photos

Cueillette à la main pour le mousseux

Plantation de nouveaux ceps

Le raisin récolté en machine (observez comme il est propre)

Ramassage du raisin à la machine

La vigne

Cueillette à la main pour le mousseux

Plantation de nouveaux ceps

Cliquez
Facebook Twitter

La Dépèche

Extrait du registre du commerce, Attestation de producteur-vendeur